SYNDROME PRÉMENSTRUEL MES CONSEILS NATURO

Le syndrome prémenstruel, ou SPM, concernerait un tiers des femmes.

CAUSES DU SPM

Quelques jours avant l’apparition des règles, les taux d’hormones sexuelles féminines (œstrogènes et progestérone) chutent brusquement. Il arrive aussi qu’en fin de cycle, la balance œstrogènes/progestérone soit déséquilibrée : l’organisme peut se trouver en situation « d’hyper-œstrogénie relative », c’est-à-dire que le taux de progestérone est trop bas par rapport au taux d’œstrogènes.

Les œstrogènes sont des hormones qui favorisent la rétention d’eau dans les tissus et les fascias. Ces symptômes vont se manifester si la sécrétion de progestérone est insuffisante en phase post-ovulatoire. Certaines femmes ont l’impression de « gonfler » quelques jours avant leurs règles. Les seins peuvent aussi prendre du volume, et/ou devenir douloureux en raison de ce gonflement des tissus, sous l’impulsion des œstrogènes.

La chute brutale de ces hormones aura de plus un impact sur la sécrétion de la sérotonine, ce qui peut expliquer les variations d’humeur auxquelles sont exposées certaines femmes.

Œstrogènes et progestérone sont deux hormones qu’il convient d’équilibrer pour remédier au syndrome prémenstruel. Si les œstrogènes favorisent la rétention d’eau, la progestérone est quant à elle une hormone diurétique, qui va permettre de drainer l’eau en excès dans l’organisme. La progestérone exerce également un effet anxiolytique, apaisant.

SYMPTÔMES

Le syndrome prémenstruel regroupe une multitude de symptômes. Selon les cas, les femmes atteintes de SPM seront concernées par un, ou plusieurs symptômes à la fois.

Symptômes les plus fréquents :

  • sensibilité au niveau des seins
  • maux de ventre / crampes abdominales
  • constipation et/ou diarrhée
  • ballonnements
  • fatigue
  • bouffées de chaleurs
  • douleurs lombaires, 
  • maux de tête
  • jambes lourdes,
  • douleurs musculaires,
  • fringales / envies de sucre
  • dépression / anxiété
  • irritabilité
  • troubles du sommeil

LE CAS DES MAUX DE TÊTE

Les maux de tête sont fréquents à cette période du cycle. Outre les troubles hormonaux, de nombreux facteurs peuvent en être responsables : troubles intestinaux, foie en difficulté, hypothyroïdie, troubles musculosquelettiques, présence de métaux lourds dans l’organisme, sensibilité aux champs électromagnétiques…

Dans le cadre du SPM, la rétention d’eau causée par l’hyper-œstrogénie relative peut créer une certaine pression au niveau de la tête, car les tissus se gonflent d’eau. Des maux de tête font alors leur apparition. Ils peuvent, dans certains cas, apparaître très tôt: jusqu’à 10 jours avant les règles. Ce contexte favorise également les épisodes d’irritabilité, voire de dépression auxquels les femmes sont parfois confrontées en fin de cycle.

PISTES POUR SOULAGER LE SPM :

Si vous êtes concernée par ces symptômes, deux remèdes naturels pourront vous être d’une grande aide.

  1. LE MAGNÉSIUM :  élément minéral majeur, il contribue au fonctionnement des systèmes nerveux et musculaire, et intervient dans les processus de contraction et de décontraction musculaire. Les personnes qui manquent de magnésium sont plus sujettes à la rétention d’eau et aux crampes. Le magnésium contribue également à gérer le stress et l’anxiété. Comme nous n’avons pas de réserves en magnésium, il est bon de veiller à apporter des apports réguliers, avec des magnésiums hautement assimilables (éviter le magnésium marin à l’exception du Plasma de Quinton (à prendre sur le long terme), et privilégier les formes chélatées de type « glycérophosphate », « bisglycinate », « malate », ou éventuellement « citrate » de magnésium. (par exemple le NUTRIMAG DUO de BIONUTRICS).
  • LES PLANTES « PROGESTERONE-LIKE » : Ces plantes, comme le Yam ou le Gattilier, miment l’effet de la progestérone dans le corps, et permettent de rééquilibrer les hormones naturellement. Les compléments sous forme de crèmes seront privilégiés par rapport aux gélules, pour éviter de trop solliciter le foie. Les crèmes à base de progestérone naturelle s’appliquent dans le pli intérieur du coude pendant les 15 derniers jours du cycle, sur une période de 3 mois minimum*. La crème à la progestérone bio-identique BIOVEA est une référence en la matière.
  • L’HUILE ESSENTIELLE DE BASILIC : Pour soulager les douleurs au niveau des ovaires pendant les règles, appliquer une goutte d’huile essentielle de Basilic exotique diluée dans 4 gouttes d’huile végétale sur le bas-ventre. Massez doucement.

QUELQUES GESTES SIMPLES VOUS PERMETTRONT D’ATTÉNUER LES SYMPTÔMES DU SPM :

  • Boire suffisamment d’eau,
  • Bouger,
  • Limiter le café et l’alcool,
  • Limiter le sel, pour ne pas empirer la rétention d’eau,
  • Gérer son stress (méditation, yoga, sophrologie, etc…)
  • Adopter une alimentation anti-inflammatoire : pauvre en sucre, en farines raffinées, en produits laitiers, et en céréales à gluten
  • Augmenter la part de fruits et légumes frais de saison, ainsi que d’huiles pressées à froid riches en oméga 3 (huile de noix, huile de colza, huile de cameline, huile de lin…)

N’hésitez pas à consulter un naturopathe afin de déterminer avec précision la cause de vos désagréments, et d’établir un protocole personnalisé pour vous aider, de manière durable et naturelle !

Par mesure de sécurité, ces plantes sont déconseillées en cas d’antécédent de cancer hormonodépendant.

%d blogueurs aiment cette page :